LCCJTI+ : perspectives de mise à jour de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information (table ronde)

Nous avons le plaisir de vous convier à la table ronde « LCCJTI+ : perspectives de mise à jour de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information ».

 

Date : 29 février 2024

Heure : 16h30-18h30

Lieu : Laboratoire de cyberjustice (B-2215), Pavillon Jean- Brillant + Zoom

 

Résumé

Le 28 novembre 2023, Pierre Trudel, Vincent Gautrais et Nicolas Vermeys déposèrent un rapport sur les modifications devant être apportées à Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information (LCCJTI). Dans le cadre de cette table ronde, les auteurs du rapport discuteront avec leurs invité.es de la pertinence des modifications à la loi proposées et la nécessité d’en proposer de nouvelles. Un vin de l’amitié suivra cette table ronde.

 

Conférencier.e.s

Soleïca Monnier 

Soleïca Monnier est avocate chez Fasken au sein du groupe Vie privée et cybersécurité. Elle conseille les clients notamment relativement à l’application des lois sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé et public, notamment dans l’industrie de la publicité programmatique.

Soleïca a conseillé plusieurs entreprises, ministères et organismes gouvernementaux en droit des technologies, quant à l’application des lois sur la protection des renseignements personnels et de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information, en transformation numérique, sur les enjeux entourant les documents technologiques et la signature électronique, ainsi qu’en sécurité de l’information. Elle a soutenu le gouvernement du Québec dans sa transformation numérique, incluant un accompagnement juridique dans des projets technologiques liés aux chaînes de blocs (« blockchain »), à la biométrie, à l’identité numérique ou encore à l’intelligence artificielle.

Juge Jean-François Roberge 

Juge à la Cour du Québec, Jean-François Roberge a précédemment été professeur à l’université de Sherbrooke. Il y a dirigé les programmes en prévention et règlement des différends de 2008 à 2020. Par ailleurs, ses travaux de recherche lui ont valu, en 2017, un prix dans le cadre de la Célébration de la recherche et de la création. Il est détenteur d’un doctorat en droit (LL.D.), d’une maîtrise en psychologie (M.Sc.) et d’une maîtrise en prévention et règlement des différends (LL.M.).

Alain Lavoie 

Alain Lavoie oeuvre dans le milieu de la compréhension du langage depuis plus de 25 ans en développant des outils, des algorithmes et des produits basés sur le traitement automatique des langues naturelles (TALN/NLP) et sur des techniques modernes d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle (IA) permettant à ses clients de transformer la simple information en donnée utile facilement exploitable.

En 2019, il cofonde la jeune pousse LexRock AI. Il s’agit d’une « spin off » d’activités, de talents et de technologies existantes au sein de l’entreprise Irosoft. Elle s’appuie sur un bagage d’expérience, d’expertise et de propriétés intellectuelles de plus de 25 ans, principalement dans l’univers juridique. LexRock AI se consacre exclusivement au développement et à la commercialisation de produits utilisant l’intelligence artificielle et la compréhension du langage destinés à différents secteurs d’activité tels que les milieux financiers et des assurances, les cabinets d’avocats et départements légaux ainsi que le milieu de la cybersécurité.

Alain Lavoie est très impliqué dans l’écosystème des TIC au Québec depuis près de 20 ans. Il est principalement reconnu pour défendre les intérêts des PME en technologie de l’information tout en faisant la promotion du domaine des TIC. Il s’implique aussi en tant que conférencier de façon à sensibiliser et à démocratiser l’intelligence artificielle, en plus de siéger sur de nombreux comités et conseils d’administration de ces secteurs.

Anne-Sophie Hulin 

Anne-Sophie Hulin est professeure à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke depuis 2022. Elle est également titulaire de la Chaire «Justice sociale & IA» – Fondation Abeona/ENS-PSL/OBVIA et professeure invitée à l’Université Laval.

Anne-Sophie Hulin détient une maitrise et une thèse de doctorat en droit comparé de l’Université Paris II Panthéon-Assas. Elle a également occupé le poste de directrice adjointe et de directrice de projets de recherche au Centre Paul-André Crépeau de droit privé et comparé (Université McGill) entre 2014 et 2020. Entre 2020 et 2022, elle a poursuivi un postdoctorat au sein d’ANITI (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute) et la section de droit civil de l’Université d’Ottawa.

Elle enseigne le droit des biens, le droit des personnes et des renseignements personnels ainsi que le droit des fiducies et l’administration pour autrui.

Ancrant son analyse dans une approche à la fois comparative et pluridisciplinaire, Anne-Sophie Hulin s’intéresse au droit privé et à l’incursion des problématiques relatives à l’intérêt général en ce domaine. Après avoir exploré la philanthropie et le droit du patrimoine culturel, ses travaux de recherche se concentrent actuellement sur la gouvernance et l’exploitation collectives des données numériques tels que ceux de la santé, de la culture et des villes.


Une attestation de participation, représentant 2 heures de formation continue, sera transmise par courriel aux avocat.e.s et aux notaires ayant complété le formulaire de présence. Pour recevoir cette attestation, il faudrait s’inscrire en cliquant sur l’icône ci-dessus.

Ce contenu a été mis à jour le 9 février 2024 à 18 h 46 min.