Présentation

Le Regroupement stratégique actuel (CRDP) est le fruit d’une entité créé en 1962 à l’Université de Montréal sur demande de Paul Gérin-Lajoie alors Ministre de l’éducation. Au-delà d’une réflexion qui a toujours voulu voir le droit autrement, des travaux sur l’inter-normativité (Rocher; Lajoie) ont été menés d’abord, dès les années 80, en collaboration avec l’Université McGill (McDonald; Janda; Belley) puis, au tournant des années 2000, avec l’Université Laval. Ces avancées majeures autour du pluralisme juridique participèrent à l’élaboration d’un courant de pensée remettant en cause le positivisme juridique et se dénommant « l’école de Montréal ».

Au gré des différents fonds de financement, le regroupement est devenu RDC (Regroupement Droit et Changements) puis RDCG (Regroupement, Droit, Changements et Gouvernance). Suite à l’échec du concours de 2016, une restructuration profonde a été initiée. Structurellement, le CRDP est devenu une instance pluri-institutionnelle et le porteur de la présente demande FRQ-SC. McGill et Laval deviennent formellement par le fait même des partenaires du CRDP. Substantiellement, la thématique centrale est devenue « Justice et changements« . Au-delà du fait que cette interaction de ces deux sujets est en lien avec nos champs actuels de recherche, elle nous autorise de mieux embrasser une approche pluridisciplinaire que les chercheurs souhaitaient valoriser. Afin de sceller cette évolution, le CRDP change de nom et devient le Centre de Recherche en Droit Prospectif. Par ce nouveau qualificatif, le Centre entend mettre de l’avant tant son intérêt pour les changements sociaux, l’innovation et en diversifiant ses angles d’analyse.

Actuellement, le CRDP est composé de 41 co-chercheurs provenant de 12 disciplines distinctes (droit; gestion; criminologie; bioéthique; aménagement; médecine; pharmacie; philosophie; sciences politiques; sociologie; technologie) et de huit institutions différentes (UdeM; McGill; Laval; UQO; Polytechnique; UQAM; HEC Montréal; Cegep du Vieux-Montréal). Il dispose également du support de 43 chercheurs collaborateurs tant du Québec, du reste du Canada et de l’étranger. Conformément à sa tradition d’incubateurs de projets, près de 400 subventions sont associées au Centre. Parmi les projets majeurs, passés ou actuels, qui ont été créé au Centre, on peut citer : le Laboratoire de cyberjustice, ADAJ, LexUM (CanLii); Cartagène, etc.

Ce contenu a été mis à jour le 10 décembre 2019 à 23 h 08 min.