La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse : un espace de traitement des plaintes et de recherche juridique

Dans le cadre de son cycle de conférences Les soirées de la justice, le CRDP a le plaisir de vous convier à la conférence « La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse : un espace de traitement des plaintes et de recherche juridique » avec Me Marie Carpentier (conférencière) et la Pre Violaine Lemay (répondante).

Résumé

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) est un organisme qui assure la promotion et le respect des droits et libertés de la personne, des droits de la jeunesse et de l’accès à l’égalité en emploi. Dans la cadre de son mandat, la Commission peut décider, dans certains cas, de porter une cause de discrimination, de harcèlement ou d’exploitation devant le Tribunal des droits de la personne. Le Tribunal des droits de la personne quant à lui est un tribunal administratif, spécialisé en matière de discrimination, de harcèlement, d’exploitation et de programmes d’accès à l’égalité, donc du respect des différents droits protégés par la Charte des droits et libertés de la personne.

Me Marie Carpentier, conseillère juridique à la Commission, propose d’une part d’exposer le processus de traitement des plaintes. D’autre part, elle propose de présenter les fonctions de recherche ayant lieu à la Commission consistant notamment à relever des dispositions des lois du Québec qui seraient contraires à la Charte, à faire au gouvernement des recommandations appropriées et à inviter toute personne ou groupements intéressés à lui présenter publiquement ses observations lorsqu’elle estime que l’intérêt public pourrait en bénéficier.

Conférencière

Marie Carpentier

Me Marie Carpentier est conseillère juridique à la CDPDJ et doctorante en droit. Ses intérêts de recherche portent sur les clauses d’évaluation d’impact qui peuvent contribuer à la réalisation du droit à la santé.

Répondante

Violaine Lemay

Violaine Lemay est professeure titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, chercheuse régulière au Centre de recherche en droit public et responsable du séminaire doctoral de Méthodologie du droit et interdisciplinarité (Drt 7002). Son enseignement en droit, en science de la santé et en sciences humaines et sociales est axé sur le développement des habiletés que requiert une interdisciplinarité bien menée. Elle vise ainsi à outiller la relève dans l’étude des problématiques transversales qui exigent la mise en commun des savoirs et le dialogue entre les cultures disciplinaires pour appréhender des solutions novatrices en droit.

Les recherches de la professeure Lemay portent sur des sujets variés, allant de l’intervention jeunesse à l’évaluation scolaire en passant par des préoccupations de santé mondiale jusqu’à la promotion des droits des minorités (LGBT+) et la protection des groupes vulnérables pour garantir un droit à l’égalité dans le respect de la diversité (ethnique et culturelle, notamment). D’apparence éclectique, il n’en demeure pas moins que le pivot de ses recherches est celui de l’interdisciplinarité en tant qu’instrument nécessaire à la protection du droit à l’égalité comme valeur fondamentale. Par la diversité de ses recherches, la professeure Lemay vise à tisser des liens transversaux entre le droit et les autres disciplines universitaires, principalement dans les interfaces Droit et société et Droit et pédagogie. Consciente du besoin de familiariser les futurs juristes au dialogue interdisciplinaire, elle s’est investie en tant que fondatrice et responsable scientifique de deux revues à vocation pédagogique : Les Chantiers de l’intervention en sciences humaines et Les Chantiers de la recherche en droit. Fervente pédagogue de l’interdisciplinarité en tant que mode alternatif de production de connaissance, elle a rédigé et co-rédigé de nombreux articles scientifiques portant sur le sujet. Elle est aussi l’auteure du bestseller international Évaluation scolaire et justice sociale (2000). Elle est signataire du Rapport du groupe de réflexion sur les obstacles à l’interdisciplinarité de l’Université de Montréal (2010), cosignataire du Rapport sur les besoins et l’éducation « Remettre le cap sur l’équité » (2014-2016) du Conseil supérieur de l’éducation et membre du Comité permanent de veille sur l’interdisciplinarité de son université. Elle a assumé les fonctions d’éditrice francophone de la Revue canadienne Droit et société et de directrice du Doctorat en sciences humaines appliquées (FAS/UdeM), un programme interdisciplinaire unique en Amérique du Nord qui sollicite la collaboration des différents savoirs dans la recherche de solutions concrètes à des problèmes sociaux. 

Alliant la théorie à la pratique, elle collabore avec plusieurs équipes de recherche interdisciplinaires, au Québec comme à l’international, dans l’objectif de promouvoir un sain dialogue entre cultures scientifiques. Elle a dirigé la section canadienne de l’Association internationale et interdisciplinaire sur la chaîne des médicaments (AIICM/IIAPC) et présidé deux de ses congrès internationaux, au Hyatt de Montréal en 2015 et à Rendama de Libreville en 2019. La professeure Lemay est également membre pionnier et directrice des études juridiques et interdisciplinaires de l’Observatoire HYGEIA qui a pour mission de soutenir l’autonomisation des Femmes-Adolescentes-Filles (FAF) de la Francophonie. L’Observatoire travaille de concert avec l’Unité de santé internationale de l’Université de Montréal et avec la Fondation Panzi du Prix Nobel de la paix Denis Mukwege pour aider les victimes du viol comme arme de guerre. 

Depuis 2021, la professeure Lemay est membre du comité aviseur du projet SEXTO qui, en partenariat avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales, les écoles et les services de police, œuvre pour la prévention, la sensibilisation et le règlement pédagogique des problèmes du sextage chez les jeunes. 

Elle est devenue membre du Barreau du Québec en 1991 et détient un doctorat en droit dont la thèse fut dirigée par le sociologue Guy Rocher. En 2008, à l’occasion de la création de son entreprise de pédagogie éditoriale des Chantiers, elle fut lauréate du Prix d’excellence en enseignement de l’Université de Montréal.

Une attestation de participation, représentant 1 heure et 30 minutes de formation continue, sera transmise par courriel aux avocat.e.s et aux notaires ayant complété le formulaire de présence. Pour participer à la conférence et recevoir cette attestation, il faudrait s’inscrire en cliquant ci-dessous.

Ce contenu a été mis à jour le 21 octobre 2022 à 10 h 33 min.