Les acteurs de la justice : les lanceurs d’alerte

Le Centre de Recherche en Droit Public a le plaisir de vous convier à la conférence sur Les acteurs de la justice : les lanceurs d’alerte. Elle sera animée par le professeur Florian Martin-Bariteau et s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences « Les soirées de la justice : Les acteurs de justice face aux changements et à l’innovation ».

Conférencier

Florian Martin-Bariteau, LL.D., est professeur agrégé en droit et technologie au sein de la Faculté de droit, Section de common law et directeur du Centre de recherche en droit, technologie et société de l’Université d’Ottawa. Développeur et créatif devenu juriste, ses recherches portent sur le droit, l’éthique et les politiques des technologies, avec un intérêt particulier pour les chaînes de blocs, l’intelligence artificielle, la cybersécurité, les lanceurs d’alerte et les droits intellectuels.

Récipiendaire du Prix du chercheur émergent 2019 de la Section de common law, le professeur Florian Martin-Bariteau est un expert reconnu engagé dans l’élaboration de cadres juridiques protégeant les droits et libertés dans le contexte numérique et bâtissant une société plus sûre et inclusive. Il a publié dans des revues et chez les maisons d’édition de premier plan, en français et en anglais, et a présenté ses travaux dans le monde entier tant dans un contexte académique qu’à des décideurs publics. Il commente régulièrement les nouvelles liées aux technologies dans les médias nationaux et internationaux. Sa recherche est financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada, ainsi que par plusieurs fondations et dons philanthropiques.

En plus de diriger le principal groupe de recherche canadien en droit, éthique et politique des technologies, le professeur Martin-Bariteau est directeur scientifique de l’Initiative IA + Société. Il codirige également, avec la professeure Elizabeth Dubois, Canada connecté, une initiative de recherche interdisciplinaire pancanadienne sur la citoyenneté dans un contexte numérique. De plus, il siège au conseil d’administration de SERENE-RISC, le réseau intégré des RCE sur la cybersécurité, et participe à deux partenariats CRSH, Autonomisation des acteurs judiciaires par la cyberjustice et Lab mondial d’innovation en journalisme. 

Abstract

Les lanceurs d’alerte ont participé de l’évolution de nos sociétés démocratiques modernes et de l’intérêt grandissant des citoyens pour la transparence et la liberté de l’information. Le développement d’actions citoyennes et la divulgation à grande échelle d’information d’intérêt public ont été facilités par Internet et l’instantanéité des réseaux sociaux. En plus de répondre au désir des citoyens d’ouverture et de transparence de la société, la protection des lanceurs d’alerte est un moyen de gestion des risques en amont des catastrophes. En effet, par le passé, ces acteurs du changement ont révélé un certain nombre de scandales reliés à la santé, à l’environnement, à la finance, à la surveillance, ou encore de corruption. Dans le même temps, les divulgations peuvent entraîner des risques pour certains citoyens. Alors que la détermination de balises pour les lanceurs d’alerte apparaît essentielle pour assurer une société juste, sûre et ouverte, le cadre juridique canadien est présentement incertain et flou. À défaut de connaître les critères de protection, leurs droits et obligations, ainsi que les risques encourus pour leur sécurité, les personnes informées préféreront garder le silence.

Ce contenu a été mis à jour le 1 juin 2022 à 20 h 18 min.