Louise Ringuette

Étudiante au doctorat en bioéthique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal

Titulaire d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en bioéthique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ÉSPUM) et d’une maîtrise en microbiologie à cette même université, Louise Ringuette a travaillé comme bactériologiste pendant plus de 17 ans au Laboratoire de santé publique du Québec. Entre 2009 et 2018, elle a poursuivi sa carrière au sein de la Commission d’accès à l’information du Québec (CAI), majoritairement comme personne-ressource auprès des chercheurs du Québec qui souhaitent recevoir communication de renseignements personnels à des fins de recherche, d’études ou de statistiques (RÉS). En congé sans solde pour études à la CAI, elle réalise présentement un doctorat en bioéthique à l’ÉSPUM et ses principaux champs d’intérêt sont la protection de la vie privée et des renseignements personnels, plus particulièrement dans le contexte de l’utilisation secondaire de données personnelles de santé à des fins de RÉS au Québec. Louise s’intéresse également à l’enseignement intégré de l’éthique en santé publique, à la gestion des conflits d’intérêts, à l’éthique de la recherche et à la conduite responsable en recherche. Ses études doctorales sont réalisées sous la supervision de Béatrice Godard, professeure et chercheuse au Département de médecine sociale et préventive de l’ÉSPUM, en collaboration avec Aude Motulsky, professeure et chercheuse au Département de gestion, d’évaluation et de politique de santé à l’ÉSPUM et, Jean-Christophe Bélisle-Pipon, chercheur invité à l’ÉSPUM et postdoctorant à The Petrie-Flom Center for Health Law Policy, Biotechnology, and Bioethics, Harvard Law School. Pour ses études, elle bénéficie d’une bourse au doctorat en recherche (09C – Droit) des Fonds de recherche du Québec – Société et culture.

Ce contenu a été mis à jour le 15 juillet 2020 à 14 h 17 min.