(cc) Jared Zammit

Droit et technologies de l’information et des communications

Les travaux menés dans le cadre de l’axe Droit et technologies d’information et des communications visent à éclairer les mutations et redéfinitions induites dans les environnements technologiques au regard du droit et des autres normativités. Trois séries de questions rassemblent les chercheurs de cet axe, et ce, autour de trois grands types d’acteurs : en premier lieu, le cadre juridique et normatif du cyberespace s’intéresse à la place de l’État comme producteur de lois; en deuxième lieu, des mécanismes informels de régulation applicables aux technologies de l’information proviennent de communautés civiles ou marchandes dont on doit soit tenir compte soit critiquer; en troisième lieu, il importe d’analyser la production judiciaire des tribunaux au regard, d’une part, des droits fondamentaux qui sont souvent rééquilibrés face à la rapidité des changements sociaux et technologiques et, d’autre part, des nouveaux outils et les mutations induites par la cyberjustice.

L’avènement des plateformes de réseaux sociaux (Web 2.0) constitue un autre point de départ de plusieurs projets de recherche entrepris par les chercheurs, ce nouvel Internet permettant d’accorder une place encore plus importante à la construction de communautés. Plus d’une trentaine de projets de recherche ont été menés ou sont en cours dans le cadre de cet axe de recherche. Ces dernières années, les chercheurs ont produit près de 20 livres, 50 articles et autres contributions scientifiques et prononcé plus de 250 conférences.

L’axe « Droit et technologies de l’information et des communications » est particulièrement fier d’accueillir le Laboratoire de cyberjustice, plus grande infrastructure mondiale du genre qui s’ s’est imposé comme un partenaire de choix pour plusieurs organismes internationaux, dont la Banque mondiale, la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI) et nationaux, comme le Centre canadien de technologie judiciaire, le Ministère de la justice du Québec et le Barreau du Québec. La réputation du CRDP repose également sur les travaux innovants menés par la Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l’information et du commerce électronique et la Chaire d’excellence de l’Université de Montréal en droit de la sécurité et des affaires électroniques.

Liste des projets de recherche

 

Chaires et groupes de recherches associés

Mis à jour le 30 septembre 2014 à 9 h 59 min.