Rechercher dans :

 
 ZONE CHERCHEURS     LEX ELECTRONICA     ENGLISH 
Ce site ne bénéficie plus d’une mise à jour régulière.
Un nouveau site sera mis en ligne dans les prochaines semaines.
50eme
Entretiens
Lex-Electronica
mediatheque
CRDP sur Facebook


Accueil / Blogue

Nicolas Vermeys

Mardi, 29 janvier 2008

Valeurs juridiques

En écoutant reportage après reportage quant à la peine imposée à Vincent Lacroix (12 ans moins un jour), j’ai pu constater qu’une question revient souvent : pourquoi le vol à l’étalage semble-t-il plus sévèrement puni que la fraude? Tous les chroniqueurs soulignent l’aspect inusité de la peine infligée à Vincent Lacroix et indiquent qu’il était temps de punir plus sévèrement ce genre de comportement, mais peu se sont arrêtés pour répondre à cette première question.

Une explication fournie ce matin à la radio de Radio-Canada mettrait la faute sur l’Église. Il semblerait que c’est le lobby religieux qui a poussé l’adoption de peines sévères pour les « petits » vols afin de bénéficier d’un certain contrôle moral sur la classe ouvrière. Les fraudes étant plus souvent effectuées pas la classe moyenne (dont les religieux faisaient partie) ils ont préféré ne pas intervenir.

J’ignore si cette explication est valide, mais elle met en exergue une problématique intéressante… Les lois que nous nous efforçons de respecter correspondent à des valeurs qui ne sont plus (certains diraient qu'elles n'ont jamais été) les nôtres.

Peut-être serait-il donc utile, voire nécessaire, d’identifier le contexte social de l’adoption de ces normes afin de nous assurer qu’il correspond toujours à notre réalité, sans quoi il me semble que nous nous éloignerons de plus en plus de cet idéal de justice que nous réclamons depuis des lustres.

publié par Nicolas Vermeys






 




Lex Electronica | iTunes U | Mon courriel | Zone chercheurs  rss