Rechercher dans :

 
 ZONE CHERCHEURS     LEX ELECTRONICA     ENGLISH 
50eme
Entretiens
Lex-Electronica
mediatheque
CRDP sur Facebook


Accueil / Blogue

Nicolas Vermeys

Mercredi, 12 décembre 2007

À chacun son métier...

Je prends le métro, matin et soir, pour me rendre au CRDP. Tous les jours, une charmante dame à la station Lionel-Groulx m’offre un exemplaire du journal Métro, que j’accepte plus souvent qu’autrement, question de passer le temps. Je me dirige normalement directement à la dernière page pour faire les mots croisés, mais aujourd’hui, un article de Denis Talbot intitulé « Le danger du poste à poste » a attiré mon attention avec un exergue qui prétend que « Naviguer sur ce genre de sites sans protection, c’est comme se baigner dans une piscine de virus ». Comme j’ai publié beaucoup sur les questions de virus informatiques et de Mp3, l’article me semblait prédestiné.

J’ai donc commencé à lire l’article en question et, après quelques lignes, je suis littéralement tombé en bas de mon siège (l’arrêt imprévu du train y ayant possiblement été pour quelque chose également). Selon Denis Talbot : « [c]haque œuvre que l’on télécharge sans payer constitue un vol au sens de la loi »… C’est étrange, je me souviens pourtant que la Cour fédérale ait indiqué que « le fait de télédécharger une chanson pour usage privé ne constitue pas une violation du droit d'auteur ». Bien que la Cour d’appel fédérale ait apporté un bémol à cette affirmation (notamment en cas de vente ou distribution de l’œuvre télédéchargée), il demeure qu’elle ne l’a pas renversée.

Mais si M. Net affirme que c’est illégal, qui est le juge von Finckenstein pour le contredire? Nous savons tous que c’est aux chroniqueurs et non aux juges de dire le droit… Laissez-moi préciser que je n’ai rien contre Denis Talbot. Seulement, je considère que les journalistes et chroniqueurs ne devraient pas s’improviser juristes. Le droit est complexe, c’est pourquoi nous faisons trois ans d’université et un an de Barreau avant de pouvoir le pratiquer. Affirmer gratuitement qu’un geste est illégal alors que les tribunaux eux-mêmes ne semblent pas unanimes me semble faire preuve d’un manque de diligence journalistique… M. Talbot, je promets de ne pas m’improviser VJ/animateur/cascadeur/chroniquer informatique si vous promettez de ne plus vous improviser juriste…

publié par Nicolas Vermeys



2008-01-10 par Francois Viens

Je t'imagine en animateur, cascadeur peut être... mais surtout magicien!

J'invite les gens à consulter la section CRDP en photos!






 




Lex Electronica | iTunes U | Mon courriel | Zone chercheurs  rss